Google devient Alphabet


Dans le but d’alléger la structure de son entreprise, Google a fondé cette semaine une nouvelle société mère : Alphabet.

Il y a d’abord eu Google, le moteur de recherche. Ensuite vint Google, les services web. Puis Google, l’acquéreur et développeur de l’incontournable système d’exploitation mobile qu’est devenu Android. Mais au fil du temps, Google a diversifié ses activités pour intégrer des milieux un peu plus éloignés de son principal champ d’expertise. Si bien qu’un grand ménage s’impose.

Voilà pourquoi Google a annoncé ce lundi la fondation d’une nouvelle entreprise venant chapeauter le tout.

«Notre entreprise fonctionne bien aujourd’hui, mais nous croyons que nous pouvons la rendre plus claire et plus responsable», explique Larry Page, cofondateur et PDG de Google. «Nous créons donc une nouvelle société appelée Alphabet.»

Car si Google devient Alphabet, Google demeure Google. La nouvelle entité est en réalité une société de portefeuille (holding) propriétaire d’une collection d’entreprises, dont la plus importante est Google.

Par conséquent, les activités périphériques au secteur web, qui ont gagné en importance ces dernières années, mais dont le coût suscitait des craintes chez certains investisseurs, seront exclus de Google et rapatriés sous Alphabet. Il est question ici des activités de Calico, Life Science, Nest, Google Ventures, Google Capital, Google Fiber, et Google X (incluant X Labs et le développement de sa voiture autonome).

Le nouveau Google pourra ainsi revenir à ses premiers amours, en recentrant ses activités sur la recherche et la publicité en ligne, ses services de messagerie et de cartographie, mais également son portail vidéo YouTube et son système d’exploitation mobile Android. Car Google n’est pas pour autant démantelé ou fractionné, mais plutôt partitionné, de sorte que l’entreprise conservera sa main mise sur la gestion de ces marques et de leurs activités.